CONTEXTE :

Le caractère semi-torrentiel de la Sèvre et ses débordements réguliers ont favorisé l’émergence, dans son lit majeur, de prairies humides de grandes qualités, favorisant le développement d’une biodiversité riche d’espèces animales et végétales dont certaines sont actuellement menacées de disparition.
Si les chevaux ont remplacé par endroits les troupeaux de bovins, le développement important de friches et de boisements peut avoir pour conséquence un amoindrissement de la qualité du milieu et de sa biodiversité.
Ce cadre bucolique et champêtre, à proximité du cœur de l’agglomération nantaise, incitait, déjà à l’époque des « Folies », à la détente. Cette vocation de « promenade » est encore accentuée aujourd’hui avec le développement des sentiers et circuits touristiques.
Aujourd’hui, l’augmentation de la fréquentation des bords de Sèvre peut mettre en danger les qualités environnementales et écologiques de la vallée de la Sèvre.

L’enjeu retenu :

Le développement, de manière partagée, de la qualité environnementale et écologique de la vallée de la Sèvre, en veillant à :
préserver la biodiversité par le développement de la gestion différenciée, la recherche de continuité écologique, le maintien de l’espace naturel,
sensibiliser les publics à la qualité du milieu par la diffusion de méthodes alternatives de cultures et par l’entretien des espaces naturels,
sensibiliser, informer et favoriser la gestion du milieu pour la prévention des risques (crues, inondations, etc.).

L’enjeu retenu :

L’ouverture à l’exploitation d’énergies renouvelables, en veillant à :
engager des études de faisabilité sur le potentiel de la Sèvre et de sa vallée.