Photo-11--festifs-loisirs-
Photo-10-festifs-loisirs-

Les bords de Sèvre festifs et de loisirs

La pêche, la randonnée, les promenades nautiques et touristiques à bord d’embarcations électriques ou les croisières de découverte gastronomique… les bords de Sèvre sont emblématiques du bien vivre à Vertou et attirent de nombreux promeneurs, joggers, randonneurs…

Des sentiers de randonnées ont été réalisés pour accompagner cette découverte.
Cet esprit « nature » s’enrichit aussi de l’esprit festif des bords de Sèvre porté depuis 2009 par le Festival Charivari, qui accueille chaque année plusieurs milliers de visiteurs au début du mois de juin.

Les bords de Sèvre « nautiques »

Depuis la création de la piscine de la Pierre Percée en 1942, l’usage sportif de la rivière s’est considérablement développé autour de la pratique d’activités nautiques (canoë kayak, plaisance, pêche…) mais également d’événements à l’image de la randonnée « Pagayons en Sèvre et Maine », de la « Descente de la Sèvre en radeau » ou, plus récemment, du triathlon « Vertou Vignoble » dont la première édition est programmée en juin.

Photo-12-Nautiques-
Photo-9-caroussel-
Photo-15-patrimoniaux-

Les bords de Sèvre « patrimoniaux »

Le patrimoine des bords de Sèvre, économique ou architectural, est un
inépuisable témoignage de la place occupée par la rivière dans la vie quotidienne des Vertaviens, et ce depuis bien longtemps. Le Ker-Phine, dernier bateau-lavoir de Vertou a subsisté jusqu’en 1972. Les bords de Sèvre sont aussi ponctués de parcs, de jardins et de « folies » : Mottechaix, Le Port aux Meules, La Ville Bachelier, La Bastière… ces demeures étaient celles de riches armateurs, navigateurs, négociants ou planteurs nantais au XVIIIe siècle puis d’industriels du XIXe siècle, qui avaient choisi d’installer leur résidence secondaire dans ce paysage verdoyant.

Les bords de Sèvre « économiques »

La Sèvre est depuis toujours une voie navigable. Elle l’est encore aujourd’hui. Mais les usages ont un peu évolué.

Au début du XXe siècle (et jusqu’au début des années 1960), les Vertaviens étaient nombreux à se rendre à Nantes en prenant la ligne régulière de bateaux à vapeur de la Compagnie « Les Hirondelles », dont les chantiers navals étaient implantés dans l’actuel Atelier du Moulin, sur le site du Moulin Gautron.

Si l’on poursuit le voyage dans le temps, on peut aussi se souvenir que Vertou fut longtemps, depuis le XVIIIe siècle, un port fluvial. En 1830, par exemple, 1 639 bateaux traversèrent la Chaussée des Moines, portant 13 082 tonnes de marchandises.

Beaucoup de chargements de « vins nantais » s’effectuaient entre le Port-Domino et le Chêne, ce qui explique la grande fréquentation des bords de Sèvre.

Aujourd’hui, la navigation existe toujours, plutôt à vocation touristique.

L’activité économique autour des bords de Sèvre s’est développée autour de la gastronomie, avec les restaurants à proximité de la rivière, à Portillon, ou encore ceux de la Chaussée des Moines, mais aussi avec le retour d’activités telle que le Marché, qui accueille chaque jeudi les Vertaviens à la Cale
de Beautour.

Photo-16-economiques-
Photo-17-economiques-
Photo-18-environnement-
Photo-19-environnement-

Les bords de Sèvre « environnementaux »

La Sèvre Nantaise et ses abords sont aussi remarquables en matière de biodiversité.

On trouve dans la rivière et sur ses abords des espèces floristiques rares
et protégées comme l’Angélique des Estuaires ou la Fritillaire Pintade, mais
aussi une diversité faunistique importante avec par exemple des brochets,
des anguilles, mais aussi des grenouilles rieuses, des tritons palmés, des
écrevisses à pattes blanches ou encore des Loutres d’Europe.

La rivière abrite également des espèces floristiques envahissantes, telles
la Jussie ou la Renouée du japon et espèces faunistiques qui peuvent être nuisibles en raison de leur nombre, comme les ragondins, pour lesquels des actions de régulation sont engagées régulièrement.